Mur de Saudade

Dernière mise à jour : 17 janv. 2020


L’ombre faufilait, longeant la muraille

Elle glissait au rythme des pas

Le long des pistes de pierres

Danseuse soumise, aux jeux des réverbères

Elle jouissait de mille éclats

Clamant aux regards abusés ses formes éventails

Je l’ai suivie jusqu’aux remparts éteints

Là où le vide, sans crainte, avait tout abandonné

Du jaune lumineux des villes

Reviendrai-je encore, cavalier malhabile

Me risquer à ces rêves profilés

Les murs sont si gris depuis ce train.

(BG-2013-12-16-Muz)


#Pöinm #Soha #Saudade

4 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout