Résilience


Les mots n’ont-ils pas le pouvoir de guérir ?

Il y résident des atomes, comme dans toute vie.. !

Ma folie ne se nomme pas Datura inoxia, frèr-gran

Elle est le fruit sur lequel tu as lentement insufflé l’autre monde Privant nos aïeux de leur destin

Et nos mères aux « ventres noirs » d’une énième liberté

Errer pour comprendre, c’est inconditionnellement tisser le treillis de ma résilience

Aujourd’hui, car tu n’a plus le pouvoir de me retenir Et je réapprends à lire, tous les mots de ma langue, marqués au fer

Quittant peu à peu ce brouillard mémoriel sur lequel tu as torturé ma nature et mon âme

Tu es mon histoire, d’une infinie tristesse, frèr-gran

Je dois l’inscrire aux linteaux de nos kalbanon et aux frontons de nos écoles

Pour redonner souffle aux chants de nos ancêtres maloyé

Et conter à nos fils que L’abrine vit au sein du kaskavèl-sakré Les portes de Gorée et de Ouidah sont si loin de nos terres

Et puisque je ne puis te détester

Toi qui n’est que le fils héritier des sucreries

Je fais ce voeux, de ne plus me risquer à te ressembler

Partir, c’est comme se faire arracher du village, se contraindre à entendre

« Que l’avenir est dehors » frèr-gran, verrouillant les lignes d’un imaginaire séculaire

Alors je reste là, liane ancrée, sous les banyan de mon île encore secrète Me préparant, kèr-san-krwazé, à devenir Zarboutan-maron du Royaume des fiers.

C’est d’ici que je loue nos éternels.

(BG-2017-06-12-Résilience)


Kaskavèl - Abrine

#Fonnkèr #VentresNoirs #Kaskavèl

13 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout