Koman

Comment écrire ces vers Plein de doute Ces vingt d’août Sans vin en verre Comment écrire la lie

Du verre vide

Du verre plein Du vert étain, éteint de vie

Comment, au divin Lui dire, au nom du frère De l’ami et du père Que l’absence est sans fin Comment se résigner aux voeux Du rire joyeux Se contenir à l’oubli

De la mélancolie

Comment se contenter des ivraies La douceur de ses sirandanes Les douleurs de nos âmes Comment se souvenir, sans plaisirs aux palais Comment lui dire, Alain Autrement que prier À lancer des fonnkèr, des liens

Que tu nous aimes à jamais


7 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout