Charabia

Dernière mise à jour : 12 janv. 2020

Je ne te demande pas d’aimer ma Langue Îlienne

C’est pour cela que je t’écris dans la tienne, francilienne


Je ne te demande pas d’être là, où je me promène

Je sais bien que tu es attaché à tes chaînes, à tes frênes


Les libertés ont chacune leurs étrennes, qu’à cela ne tienne

La mienne est de me libérer d’Étienne, et des tiennes


Te vouvoyer me faisant tant de peine, à l’oreille Vous tutoyer me semblait, à la scène, convenir à merveille.


De mon charabia,

Bien à vous Madame.

Image : LP

16 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

Sitanksa