Pluies du Monde

Dernière mise à jour : 29 avr.

Il me reste la pluie Que j’attends, patiemment Qu’elle s’infiltre lentement À recouvrir d’étreintes Chacune de mes flammes, éteintes Il me reste la pluie

Et sa horde de chaos

Effroyables chie-en-lits

Qui me broient les os


Et tournent les manèges

Sirotant les pages et les vers Et tombent les obus

Aux mémoires amnésiques des agneaux

Et dansent les monstres, aux culs de veaux Carnavals ubuesques de malotrus Dandinant au champ d’Eiffel Qu’importe les odeurs de quasis, et d’aisselles

Aux jours de gras les onces et fines huiles de travers


Et tournent manèges

Sous ces trombes de pluies

Défilantes, aux allures lancinantes

Flots qui s’agitent, clapotis incessants Où rebondissent les fumées indigènes Printemps aux pourpres ruisselants Et tombent les poupées, argiles de la scène Sous les cornes affutées des saigneurs

Les souffles aiguisés des rageurs, volcans qui se meurent.*




*Dorsale Bossale / Aimé Césaire



0 vue0 commentaire